Développement ? Postproduction ?

La même question revient souvent parmi mes clients : mais sur votre devis, qu’est-ce que le développement ou la postproduction ? Il est vrai que cela peut paraître étrange à l’heure du numérique d’entendre parler de développement. La plupart des gens utilisent des appareils photo et des smartphones produisant de suite des images finalisées en format jpeg. Les algorithmes étant de plus en plus performant, les images sont plus que flatteuses et on peut se demander pourquoi le photographe a besoin de retoucher ses images ?

Tout simplement, parce que le photographe professionnel ne se satisfait pas d’une image flatteuse (tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute !). En effet, les images dites flatteuses sont saturées en couleurs, les noirs bouchés (pas de nuances de gris), les blancs crevés, la balance des blancs souvent fausse et la netteté trop poussée. Résultat, elles sont ‘belles’ bien qu’irréelles sur votre smartphone et vite ignobles sur un site internet ou à l’impression. Le photographe professionnel travaille chaque image pour l’ensemble des supports et leur homogénéité.

Il travaille donc en RAW, c’est-à-dire des fichiers bruts issus directement du capteur, contenant toutes les informations de couleur, contraste et luminosité. Ces fichiers doivent être ‘développer’ ou traités pour être interprétés. C’est ce que l’on appelle le développement ou la postproduction.

Sur l’exemple ci-dessous : à gauche une image développée et à droite une image raw (qui est déjà une interprétation) issue d’un Mavic 2 pro.

Ajouter une description

Aucun texte alternatif pour cette image

La prise de vues n’est donc que la partie visible de l’iceberg d’une prestation. Chaque photo est retravaillée une par une pour obtenir le meilleur rendu ! Et je ne vous parle pas des heures que chaque photographe professionnel passe en réalisant des retouches cosmétiques sans vous le dire (reflets dans les lunettes, petits boutons de peau…). C’est aussi pour cela que je tiens à cette désignation d’artisan photographe. Il s’agit d’un vrai métier et d’une réelle différence de rendu. Cela fait parti des raisons pour lesquels je ne livre jamais après ma prise de vues mes photographies. En effet, j’estime qu’elles ne sont que matière brute. Le boulanger vend son pain que lorsque la cuisson a eu lieue 😉

Le phénomène est identique en vidéo avec l’étalonnage des plans.

À très vite pour un autre article professionnel… 😉

Pourquoi faire numériser vos archives professionnelles et familiales urgemment ?

 » Bientôt 50 ans ! mes parents et mes grands-parents m’ont ‘mitraillé’ (photos et films) quand j’étais enfant. Quand j’ai vidé leur maison, j’ai retrouvé dans le grenier des tas de diapositives et de films super 8. J’ai ramené tout cela chez moi, mais impossible de voir les films car je n’ai pas trouvé de projecteur super 8 et quand j’ai organisé une séance diapos (grâce à un ami, dont la grande cousine avait gardé un projecteur et un écran) je me suis aperçu que certaines étaient devenue ‘rose / magenta’ et d’autres s’étaient comme effacées avec le temps.  » voici ce que j’entends presque toutes les fois q’une personne me donne à numériser ses archives. Il était ‘grand temps’ qu’elle vienne me voir !

Pourquoi ? Voici donc la première raison : la conservation dans le temps. Même si les technologies dites ‘argentiques’ ont apparement un vieillissement moins rapides que les supports numériques, ils s’altèrent dans le temps. Si vous rajouter à cela, l’air, l’humidité dans certaines caves, les températures excessives l’été dans les greniers, l’exposition à la lumière, etc. vous obtenez des vieillissements prématurés et les supports (films, diapositives, négatifs, et même bandes sonores et K7 vidéo…) s’altèrent, s’effacent et virent chimiquement. Il est donc URGENT de les sauvegarder le plus rapidement possible si vous tenez aux souvenirs qui sont inscrits dessus.

La deuxième raison, et non la moindre, c’est qu’à ce jour, les appareils permettant la lecture de ces vieux supports sont eux aussi en voie d’extinction ! Aujourd’hui, on ne trouve plus de fabricants de projecteurs cinéma ou même de magnétoscopes.
On ne trouve que des modèles d’occasion à fort prix et bien souvent ‘usés’. Les tarifs de numérisation s’envoleront d’ici quelques années quand les amateurs n’auront plus le choix que de passer par des très gros laboratoires. Et il n’est pas dit que les laboratoires continueront ce travail car elle est coûteuse en machin, en entretien et sur en main d’oeuvre (il est nécessaire d’avoir plusieurs manipulations manuelles). Personnellement, je commence déjà à ne plus trouver de matériel neuf. Il reste un peu de l’occasion mais hors de prix. C’est malheureux, mais c’est ainsi…

Je ne peux que vous conseiller de faire numériser le plus tôt possible vos archives, pour éviter la dégradation et surtout la pénurie de professionnels qui feront cela à prix raisonnable.

À très vite pour de nouveaux articles…

Soft skills ! Quésaco ?

Nombreux sont les entrepreneurs qui viennent nous consulter et qui pensent que par leurs seules aptitudes professionnelles, ils vont attirer de nouveaux clients. Bien entendu, le professionnalisme, la performance et les compétences acquises dans sa profession sont importants, mais cela ne fait pas tout ! vous devez également avoir travaillé sur vos ‘soft skills’, c’est-à-dire, vos compétences sociales.

Ces compétences sociales, sont vos attitudes envers les autres (je vous en parlais pour les réseaux sociaux). Il est reconnu que votre capital sympathie, votre image sociale sont liés à 8 compétences importantes. Ces conseils sont valables pour vous, votre entreprise et votre marque.

  1. L’empathie : se mettre à la place de l’autre et respecter sa position et son opinion
  2. La patience : garder votre calme et sachez faire preuve de patience
  3. Savoir communiquer : entretenir des bonnes relations avec les autres, bien les écouter mais aussi savoir faire écouter ses idées. La communication, c’est l’échange.
  4. La confiance : savoir faire confiance à ses supérieurs, ses collègues, savoir déléguer mais aussi être digne de confiance aux yeux des autres. La loyauté n’est pas un vilain défaut !
  5. L’écoute : mieux qu’entendre, vous devez écouter ce que les autres veulent vous dire. Ne les interrompez pas dans leurs propos. 
  6. S’intéresser réellement et sincèrement aux autres : leur apporter de l’attention, les écouter, comprendre ce qu’ils ressentent, s’intéresser véritablement à eux…
  7. Être flexible : s’adapter constamment à ses interlocuteurs. En fonction du contexte, des interlocuteurs, on communique différemment, pour ne pas blesser, pour ne pas heurter ou simplement choquer.
  8. Être persuasif : il faut savoir vendre ses idées, ses services ou ses produits.

Il est nécessaire de toujours montrer à ses interlocuteurs que l’on est respectueux mais volontaire, persuasif mais à l’écoute des autres et ouvert à toutes les remarques, et que l’on sait s’adapter aux changements.

À très vite pour de nouvelles publications.

Destination Instagram 2020

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il est de plus en plus difficile de gagner de l’audience sur Instagram et d’être suivi ! le taux de #reach se casse la figure ! Pourquoi ? parce que les algorithmes de la plateforme changent et évoluent. Fini l’Instagram à la papa, il va falloir investir et s’investir encore plus. Aujourd’hui les plus grands spécialistes sont d’accord sur plusieurs points, et je le vois au quotidien avec nos clients, il va falloir être sincère, humain, productif et organisé.

Tout d’abord, il va falloir utiliser tous les outils de la plateforme, vous ne pouvez pas passer à côté des stories, des vidéo IGTV, des vidéos live, etc… car cela vous permet de cumuler des ‘points’ dans leurs algorithmes et surtout de toucher vos cibles qui sont plus sensibles à certaines fonctionnalités que d’autres.

Il va falloir également jouer la carte de la communauté, monter que vous êtes humain, que vous créez des liens, que vous répondez aux messages, aux conversations avec sincérité et de façon personnalisé. Il vous faudra des dialogues véridiques pour montrer au système que vous êtes engagé, et cela même dans vos messages privés.

Il vous fera être plus créatif, plus imaginatif, ne pas vous contentez d’un style ou de beaux contenus. Il faudra innover dans les lieux, les cadrages, les traitements…prendre des risques.

Mais surtout, et c’est mon dernier point, il faudra mettre la main au porte-monnaie ! C’est-à-dire payer un peu de publicité. Pourquoi ? parce que la stratégie de Facebook et d’Instagram est de faire payer de la publicité en valorisant ceux qui jouent le jeu. Je vous conseille de sponsoriser, #booster les publications qui fonctionnent bien naturellement. 

Certes, tout cela aura un coût financier, et surtout un coût en temps si vous souhaitez augmenter votre taux de #reach. Bien entendu, il vous faudra aussi surveiller vos statistiques pour prendre les bonnes décisions stratégiques au bon moment…

Bonne année 2020 sur Instagram 😉