La sécurité en drone…

Si j’écris cet article, ce n’est pas pour raconter du spectaculaire ou de l’exceptionnel, mais juste pour rappeler aux prestataires télépilotes et aux clients que la prise de vues en drones, c’est extrêmement dangereux si l’on ne respecte pas la sécurité. En deux années de télépilotage, j’ai accumulé pas mal d’heures et d’expériences. Les seuls soucis que j’ai eu ont été provoqués par de la distraction occasionné par un tiers…le dernier s’est soldé par un crash.

La séance se passe en intérieur, dans un hangar…les rangées sont exiguës, ce qui m’oblige à débrancher les capteurs anti-collisions si je veux pouvoir passer entre. Je neutralise également le ‘return to home’. Je ne capte aucun GPS (normal), bref, je n’ai plus aucune aide au pilotage. Je prépare ma zone d’exclusion des tiers, je prépare mon drone, je mets bien mon gilet jaune, mes lunettes, mon casque, mais pendant tout ce temps, les employés viennent me voir et me posent 1001 questions, je réponds (j’aime quand les gens s’intéressent aux choses) et j’oublie de monter la protection d’hélices sur mon drone. Le drone décolle et ne veut pas voler au-delà de 5 mètres de haut et j’ai des perturbations radio. Je repose le drone, l’éteint…j’ai un peu chaud, je suis moins confiant, je ne comprends pas ce qu’ils se passe. Les employés alors viennent me voir et me demandent si j’ai un problème, d’autres sont arrivés entre temps et me posent aussi 1001 questions. Je fais reculer tout le monde de la zone de sécurité, je le rallume et là enfin cela fonctionne ! Je commence les prises de vues photos et vidéos…et là intrusion dans la zone de sécurité, je pose le drone, j’explique la procédure, on revient me parler…la batterie baisse, je n’ai pas fait beaucoup de plans et je suis un peu stressé. Je re-explique que je ne peux pas parler, j’essaye de me concentrer à nouveau, je rentre dans les allées, avec les perturbations d’air que provoquent les hélices le drone n’est pas stable, j’arrive quand même à faire quelque plan…je suis concentré mais très stressé…je reprends confiance. Soudain, un fenwick me frôle…mais put !! qu’est-ce qu’il fait là lui ??? Je pose le drone rapidement. Je ré-explique la zone de sécurité. Je mets ma dernière batterie, il me reste encore à faire le vol en extérieur, je stresse, je devrai aller prendre un café, me détendre. Mais non la lumière est superbe à l’extérieur, et je sais que la météo va se gâcher, cela fait 15 jours qu’il ne cesse de pleuvoir. Je redécolle, fait quelques plans en vidéo et là, alerte sur la tablette : perturbations électromagnétiques, le drone ne répond plus quelques instants, il se stabilise, je joue avec le joystick de ‘Yaw’, rien ne se passe, je mets des gaz, le drone file vers un poteau, le bruit est fracassant…il vient de tomber sur le béton…

Personne, ni rien de touché. C’est le principal…juste de la casse. Heureusement que j’ai fait mon périmètre de sécurité et que personne ne s’y trouvait.

Voici le scénario d’un crash prévisible. Ce qu’il faut en retenir :

  1. Ne parler à personne pendant la préparation du vol
  2. Prévoir des check-list écrites
  3. Ne pas voler en intérieur sans des protections d’hélices
  4. Prévoir un assistant pour préserver la zone d’exclusion des tiers
  5. Savoir stopper une prestation quand on commence à être stressé
  6. Demander à son client de stopper ses émissions wi-fi ou radio
  7. Ne jamais être sûr de soi, même après beaucoup d’heures de vol…

Le lendemain je me réalisais une check-list écrite comme lors d’un vol avion, le surlendemain j’étais en vol (avec un autre drone), vol magnifique, client ravis.

Ne jamais se relâcher ou croire que tout est acquis…